2013

Pour la 2ème année consécutive, Désir d’Haïti se trouve exceptionnellement en situation de perte (- 18 649 €), ce qui veut dire que les dépenses ont été supérieures aux recettes, notamment en raison de l’utilisation de fonds propres pour le projet citernes, la réhabilitation de maisons et l’éducation civique.

DEPENSES

En 2013, les principaux postes de dépenses ont porté sur les achats pour repas et d’artisanat, l’achat de l’expo, les affranchissements et  bien sûr les subventions versées à Fonhsud pour un total 45 240 € se répartissant ainsi :

- salaire du comptable : 4 800 €,

- solde projet Moulin Laroche 2012 : 1 500 €,

- réhabilitation maisons : 11 190 €,

- éducation civique : 7 900 €,

- projet citernes : 19 850 €.

Les achats, services extérieurs et autres services extérieurs sont inférieurs au prévisionnel. Les autres charges de gestion courante sont très en-dessous du prévisionnel en raison de :

- la non-réalisation du projet Atelier de transformation des fruits (45 000 €),

- le projet citernes non terminé (restent 9 560 € à verser en 2014),

- la maison de l’intercommunalité, dont le financement sera versé directement par Marne-et-Chantereine à Fonhsud.

RECETTES

Les principaux postes de recettes ont porté sur les repas, les ventes d’artisanat, les adhésions  (154 adhérents vs 65 en 2005), les dons et les subventions.

Les recettes ont dépassé les prévisions en vente d’artisanat et de repas, en adhésions, en dons (le double du niveau avant  2010), et en produits financiers.

Concernant les subventions sollicitées auprès des bailleurs, à noter :

- le refus de financement du projet Citernes par le Sedif,

- le Conseil Général n’a accordé que 5 000 € au lieu de 8 000 € sollicités (réhabilitation maisons).

A noter, l’utilisation d’une grande partie de la somme réservée depuis 2010 et destinée initialement au projet de l’atelier de transformation des fruits, ceci pour compenser le refus de financement du projet citernes par le SEDIF (25 000 €), le financement partiel du CG de la réhabilitation de maisons (3 000 €), et la participation au projet d’éducation civique.

Après la fin du projet citernes en 2014, il restera 3 000 € sur cette somme.