2010

Images de Port au Prince

Visite projets –  captage de source et forage de puits Mercredi 25/08/10
Le projet de Reboisement des localités de Dabon, Pochette et Marre à Coiffe (Aquin et de Fond des Nègres) est né notamment du constat de la dégradation de l’environnement de la zone à cause des catastrophes naturelles et des besoins en énergie (charbon de bois) et en matériaux de construction.

Or, en éliminant le principal rempart naturel contre les inondations et en accélérant l’érosion des sols, le déboisement est le principal responsable des catastrophes (crues, inondations, glissements de terrain).


Aujourd’hui, la forêt tropicale couvre moins de 3 % du territoire.

Le travail nécessaire pour reboiser le pays est à faire au niveau gouvernemental.

Objectifs principaux :

  • protéger l’environnement en favorisant la reforestation,
  • protéger les sols par la mise en place de murs de protection et de rampes vivantes -> à mise en terre de 60.000 arbres fruitiers et de 100.000 arbres de protection à Pochette et Dabon

Le nombre total de bénéficiaires du projet s’élève à  5000 personnes sur les communes de AQUIN et FONDS-DES-NEGRES.

Projet financé notamment par le Conseil Général de Seine-et-Marne, le Conseil Régional d’Ile de France et la Guilde Européenne du Raid, Désir d’Haïti

Visite de DUVERGER / DABON

Le morne de DABON était complètement déboisé jusqu’en 2005.

Le ruissellement des eaux a entrainé la terre, ne laissant place qu’à la roche et à un terrain non cultivable.

Pour reboiser le secteur, il est nécessaire de garder la terre. Pour ce faire, des canaux sont creusés perpendiculairement à la pente (pente de 2 %) pour évacuer l’eau de ruissellement, et des arbustes (fruitiers) ont été plantés de chaque côté, de façon à protéger le terrain de l’érosion, sinon la terre bouche les sources, d’où la nécessité d’aménager les sources qui sortent au pied des mornes.

L’eau qui s’écoule de la source sert à arroser les pépinières.

Visite de Projets :Comité de gestion projet « Charrues et bœufs » – Samedi 21/08/10 – CHANTAL

Rappel objectifs généraux du projet :

Favoriser l’insertion socioéconomique des réfugiés du séisme à Aquin et améliorer leurs conditions de vie, ainsi que celles des paysans de la région, à travers l’appui à la production maraîchère locale et le renforcement des capacités locales.

  • Équiper les bénéficiaires (paysans et réfugiés) à travers la distribution d’outils agricoles (pioches, serpettes, pelles…) et de charrues pour la préparation des sols,
  • Doter les bénéficiaires en semences maraîchères à travers la distribution de semences et de plantules lors de foires semencières,
  • Appuyer, conseiller et former les organisations paysannes en organisation et structuration, ainsi qu’en maraîchage,
  • Accompagner les organisations paysannes dans leurs activités de terrain.

Durée du projet : 8 mois (Mai 2010 / Décembre 2010)

Le projet se situe dans les localités de Aquin, Vieux Bourg d’Aquin, Fond-des-Nègres et Bouzi, dans le département du Sud d’Haïti.

Les bénéficiaires de l’action sont environ 300 producteurs maraîchers (originaires de la région ou réfugiés) et membres des organisations de base, ainsi que leurs familles, soit environ 1.800 personnes.

Ceux-ci ont été sélectionnés au regard de leur situation critique et de leur mobilisation.

Ils participeront au projet à travers leur apport en main d’œuvre (mise en œuvre de cultures maraîchères) et leur implication dans les formations.

Ce projet a pu être réalisé avec l’appui du Conseil Général de Seine et Marne , l’association Nord Sud et Désir d’Haïti

Rencontre avec le Comité de Gestion :

La rencontre a eu lieu la veille du jour où les bœufs ont été achetés. La transaction n’a pas été réalisée plus tôt car le comité souhaitait acheter les bête sur le marché de Ducis où les animaux sont réputés.

Avant cette rencontre, le comité s’était réuni à trois reprises avec Morin de Fonhsud pour discuter de la réalisation du projet. La charrue a été achetée par le comité. Les deux bœufs et la charrue sont gérés par un opérateur.

Pour assurer l’entretien des deux bœufs et de la charrue, l’opérateur récupère 40% de l’argent récupéré. Il peut ainsi gérer les petits problèmes (maladies, petites réparations, …) Pour les incidents plus graves (mort d’un bœuf, …) un fonds sera constitué avec l’appui de Fonhsud.

Il est prévu des tarifs différentiels entre les membres de la mutuelle et des personnes extérieures. Cette différence de tarifs devra inciter les paysans à rejoindre la mutuelle et permettra d’assurer la pérennité du projet,

Le comité a fait une étude de marché avant de se lancer dans ce projet. Beaucoup de terrains ne pouvaient pas être labourés dans la zone en raison du manque de charrues. Ce projet va donc compléter les charrues existantes et non les concurrencer de façon déloyale.

Le début des labourages aura lieu en septembre. Les cultures concernées sont le maïs, les haricots, le manioc, …

Bilan

Ce comité a montré beaucoup de sérieux et de volonté pour mener à bien ce projet. Il a répondu à toutes nos questions de non-initiés de manière claire et précise. La concertation semble avoir bien fonctionné. Le comité ayant déjà mené à bien des projets autour de l’électricité dans la zone,  ces compétences seront un atout pour permettre la réalisation de cette action.