Dany Laferrière élu à l’Académie française

« Je ressens un peu de fièvre. Non, je ne sais pas ce que ça fait. C’est vrai qu’il y a eu une compression du temps, puisque je me suis couché hier soir mortel, je me suis réveillé immortel »
C’est la réaction de l’écrivain canadien d’origine haïtienne, Dany Laferrière, âgé de 60 ans, qui vient d’être accepté ce jeudi 12 décembre 2013 pour siéger à l’Académie française au fauteuil de l’auteur d’origine argentine, Hector Bianciotti, décédé en 2012.
Élu dès le premier tour avec treize voix sur vingt-trois, Dany Laferrière avait posé sa candidature à la succession d’Hector Bianciotti, à côté des écrivains Arthur Pauly (un lycéen de quinze ans), Jean-Claude Perrier, Catherine Clément, Yves-Denis Delaporte et Georges Tayar.
Dany Laferrière devra siéger à l’académie dans le 2e fauteuil, où sont déjà passés de grands écrivains comme Montesquieu et Alexandre Dumas fils.
Ses collègues écrivains considèrent comme un couronnement de sa carrière l’élection de l’auteur de près d’une trentaine d’œuvres, romans et films y compris « Cette grenade dans la main du jeune Nègre est-elle une arme ou un fruit ? », prix RFO 2002 (http://www.alterpresse.org/spip.php?article15666).
Pendant qu’un débat continue sur la nationalité du nouvel académicien, Franck Étienne semble résoudre le problème.
Pour lui, « tout en étant un écrivain québécois », Dany Laferrière est « un écrivain nègre ». Une idée, inspirée, sans doute, par le titre d’un roman de Dany Laferrière, « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer ».
D’aucuns escomptent des changements à l’Académie française, comme l’introduction de mots québécois et haïtiens dans la langue française.
Parallèlement, certains ont critiqué l’hypocrisie des politiques haïtiens qui ont voulu récupérer cette élection à leur compte, alors que, durant la campagne électorale de 2010, ils avaient fait étalage de leur mépris pour la connaissance. 

UNE SEMAINE EN HAÏTI, L’hebdomadaire du Collectif Haïti de France, Une rédaction d’Alterpresse … avec le soutien de la Fokal

N°1120 – 20 Décembre 2013